Quand un pic creuse un arbre, il atteint 10 000 m/s² !

Soit l’équivalent de 1 000 g ! Pour faire face à de telles accélérations, l’oiseau s’est muni d’une structure crânienne à toute épreuve et d’un bec qui absorbe les chocs. Ultra résistant et triple épaisseurs, il rendrait jaloux plus d’un papier toilettes